Bienvenue sur Notre Chine !
Après Notre Corée et Notre Japon, nous
poursuivons notre découverte
de l'Asie de l'Est
avec une nouvelle expatriation en famille à Shanghai.

Delphine et Philippe





NOS AUTRES SITES

     
(Notre Corée et Notre Japon ne sont malheureusement pas accessibles depuis la Chine pour le moment)
Sell Art Online  



NOS LIVRES




MENU



DERNIERS ARTICLES




RUBRIQUES


VIDEOS SUR SHANGHAI


INFOS CHINE


BLOGS SUR LA CHINE



SITES ET BLOGS DES COPINES



MES ALBUMS



LES SITES WEB QUI PARLENT DE NOUS

expatriation
http://www.wikio.fr Fotolia


VISITEURS



Locations of visitors to this page


LES PROS DE LA FAMILLE
Frederic Berthet, photographe   Al Cantara


6/10/2010 - Les marches du ciel -
Publié dans Balades en Chine

Les marches du ciel (2/3)

 

Les paysans chinois appellent l’automne la saison dorée : après le beau soleil couchant sur les pitons de Yangshuo, voici le temps du riz mûr, les épis deviennent aussi dorés que les blés de chez nous. Bientôt par ici, ce sera les « moissons du ciel » (je ne sais plus si j’ai vu ce film de Terrence Malick), avec les rizières en terrasses à perte de vue qui grimpent à l’assaut du ciel. Les poètes chinois ont rivalisé d’imagination pour nommer les différents points de vue : « les neuf dragons et les cinq tigres » ou bien « la lune entourée de cinq étoiles ». Albert, notre guide, nous dit qu’un Français s’est installé ici et a écrit un bouquin qu’il a naturellement intitulé « les marches du ciel », d’après un des points de vue « mille marches vers le ciel ». Ce sont bien des marches de géant que les paysans ont taillées dans le paysage de collines, mettant bien à plat un mince espace de terre dans lequel l’eau pourra stagner et le riz pousser. On avait vu de belles rizières à Bali ou au Vietnam, mais celles-ci les dépassent en poésie pure, en ondulations lascives autour du relief des collines. Nous sommes dans la région de Longji, qui signifie le dos du dragon : devant nous, l’arête d’une colline parsemée de rizières souligne en effet l’échine du dragon et ses écailles sont autant d’épis bruns et lourds qui flamboient au soleil déclinant.

 

 

Les femmes Yao ne se coupent jamais les cheveux.

Elles les coiffent en chignon au dessus du front.



commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Mots clefs : Guangxirizieres


4/10/2010 - Une forêt de pains de sucre -
Publié dans Balades en Chine

Une forêt de pains de sucre (1/3)

 

C’est notre première semaine complète de vacances en Chine, notre première balade en Chine provinciale, <à l’écart des grandes villes. C’est la « golden week », l’une des deux semaines de vacances obligatoires dont bénéficient tous les Chinois (la troisième a été découpée en petits bouts il y a deux ans). En effet, on a l’impression qu’ils sont plus d’un milliard à visiter la province de Guangxi comme nous. Nous sommes partis avec une très bonne agence de Shanghai ( Synwalk) qui nous fournit un excellent guide Chinois francophone : souriant, prévenant, plein de ressources, Albert nous ouvrira les portes de Yuangsho, de Longji et du pays Dong avec sa casquette Nike toujours vissée sur la tête.

 

On commence par le plus célèbre des paysages chinois (le dos du billet de vingt yuans) : une forêt de pains de sucre en forme d’estampe… ou plutôt des pains de sucre au cœur d’une forêt d’osmanthus. Guilin, la grande ville du coin, signifie en effet « forêt d’osmanthus », un arbre aux petites fleurs jaunes très odorantes. Ils fleurissent en ce moment, leur parfum entêtant nous enveloppera quelques jours. Le long de la rivière Li de Guilin à Yangshuo se dressent par milliers les pitons karstiques qui font la beauté incroyable de cette région (ce qui explique les touristes locaux). Nous descendons le long de la rivière Li en nous baladant à pied le long des rives, puis nous prenons de petits radeaux à moteur pour faire la course comme « les fous du volant » de notre jeunesse !

 

    

Le lendemain, on profite du très chouette hôtel le « Yangshuo Resort » et je commence mon premier roman depuis longtemps : « l’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » (de Reif Larsen, éditions NiL, formidable, merci Philippe !). L’après-midi, nous continuons de découvrir les paysages qui nous entourent, à vélo cette fois, en slalomant (sur du plat, heureusement) entre les rizières et les cours d’eau du coin, en traversant des villages paisibles, en croisant des buffles nonchalants et en regardant des mariés se faire photographier pour leur book – une constante, semble-t-il, dans tous les coins de Chine où nous allons. Le tout sous un soleil éclatant. Bref, que du bonheur ! Que va nous réserver la suite de la semaine ?

 

  

 

Note de Delph : Ne ratez pas le spectacle son et lumière de Yangshuo. C'est une évocation poétique et moderne de la vie des paysans de la région, dans un cadre magique ! (voir la photo ci-dessus)



commentaires ( 1 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Mots clefs : yangshuoGuilin


3/07/2010 - Les maisons coloniales de Gulangyu -
Publié dans Balades en Chine

Les maisons coloniales de Gulangyu

(Note de Delph)

Après le pays Hakka, nous avons passé le reste de notre long week-end à Gulangyu, une petite île toute proche de Xiamen, accessible en dix minutes de ferry. Incroyable, un endroit en Chine si proche de la ville sans voiture et sans building pour défigurer le paysage !

Allez, j'ose le qualificatif de "mignonne", voire "charmante" pour cette petite île piétonne à la végétation tropicale. Forcément, des palmiers et des frangipaniers, cela fait tout de suite vacances ! Malgré la pluie et les très nombreux touristes pour ce week-end de la fête des bateaux dragons (il paraît que c'est beaucoup plus calme habituellement), nous avons sillonné ses ruelles bordées de maisons coloniales avec beaucoup de plaisir.

Côté pratique, Gulangyu regorge de restaurants de poisson frais, à choisir vivant dans les bassines rouges exposées sur le trottoir devant les restaurants. C'est délicieux, mais attention, si on n'aime pas le poisson, il n'y a pas grand chose d'autre.

Bien sûr, il faut dormir sur l'île. Je vous recommande de voyager léger car il vous faudra trimballer votre valise à pied. Et si vous n'êtes pas un fan des petits déjeuner chinois (on nous a servi de la soupe épicée et des beignets bien huileux), pensez à apporter vos croissants !

Le site de notre hôtel, une maison coloniale superbement rénovée, avec terrasse et petit jardin mais des chambres un peu décevantes (par rapport à l'extérieur, tout est relatif...) : http://www.leeinn.cn



commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Mots clefs : XiamenHakkaGulangyu


21/06/2010 - Rondes ou carrés, les maisons en terre du pays Hakka -
Publié dans Balades en Chine

Rondes ou carrés, les maisons en terre du pays Hakka

Il y a un an, je passais mon premier week-end à Shanghai. En découvrant le superbe lieu consacré à l’art contemporain M50 à Moganshan Lu, je tombe sur la galerie d’un photographe Rui Yuan C. (www.ruiyuanc.com). Séduit par son style,  j’achète trois de ses photos qui représentent l’intérieur de grands bâtiments en pierre de forme arrondie, genre forteresse moyenâgeuse avec une paysanne ou un chien qui traversent et quelques lanternes laissées en rouge en « couleur sélective ». Je retiens que la galeriste me parle de villages dans la province du Fujian.

Un an plus tard, nous voici à Xiamen, la capitale du Fujian et nous roulons trois heures dans un beau paysage semi-montagneux avec rizières et bambous pour arriver au pays hakka avec ses fameuses « tulou », ce qui signifie littéralement « bâtiments en terre ». En fait, un peu comme dans la chanson des Barbapapa, ces grands bâtiments qui peuvent loger quelques dizaines de familles sont ronds ou carrés en fonction de l’époque de construction. Leur aspect extérieur est massif avec une terre ocre tassée en énormes briques qui montent les murs jusqu’à plus de dix mètres. L’intérieur est fascinant et unique dans ce que nous avons vu de par le vaste monde : un vrai village est reproduit au cœur de la forteresse. Au rez-de-chaussée se trouvent les cuisines, les toilettes et la basse-cour ; au-dessus des entrepôts du premier étage sont les étages d’habitation. Chaque famille possède sa tranche verticale. Et le dernier hakka qui rentre des champs le soir sait que tout le monde est rentré au village si les cuisines sont éteintes ; il en profite pour refermer la ou les portes pour garder les habitants des animaux et autres dangers nocturnes. Les hakka sont bien des han, pas une minorité ethnique spécifique ; ils ont simplement migrés depuis le centre de la Chine vers les provinces côtières du sud-est il y a des siècles et y ont construit ces bâtiments. Vu d’en haut, seuls les murs en terre sont recouverts d’un toit, le centre du village est à l’air libre : on y trouve les chambres pour les invités et la place du village pour les spectacles et les foires. Il reste encore plusieurs centaines de ces « maisons » dans la région, seules certaines se visitent bien sûr. L’une d’elles (Fuyu building Changdi Inn, www.fuyulou.net) reçoit des hôtes pour la nuit et nous sert un très bon déjeuner dans un patio fleuri avec un chat nonchalamment allongé sur les marches qui mènent aux chambres. Nous sommes très bien accueillis et Joshua teste ses quelques mots de chinois en échange des trois mots de français que notre hôte connaît (canard, poulet, poisson). Une très belle excursion dans une magnifique région.

 



commentaires ( 0 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Mots clefs : HakkaTulouXiamen


5/05/2010 - Pékin express -
Publié dans Balades en Chine

Pékin express

(Note de Delph)

C'est la saison des visites des parents ou amis, alors si vous avez besoin d'inspiration, je vous propose ce petit itinéraire de trois jours à Pékin, testé et approuvé !

Jour 1 : La cité interdite - Les Hutongs et la résidence du Prince Gong

Cité interdite  Résidence du Prince Gong 

Jour 2 : Le marché rue Wangfujing - La Grande Muraille à Mutianyu

Marché Wangfujing  Grande Muraille de Chine à Mutianyu

Jour 3 : Le palais d'été

Le palais d'été  Le palais d'été 

Et pour finir, quelques bonnes adresses :

Hôtel Kapok :  décoration très moderne et design, bien situé tout près le de la cité interdite, les prix sont très raisonnables.

La maison de thé de Lao She : un spectacle de cabaret à la chinoise, dans un cadre superbe.

Restaurant Da Dong : trois adresses en ville pour déguster un succulent canard pékinois (miam !). Superbe cadre moderne pour l'adresse que nous avons testée (5/F, Jinbao Dasha, Jinbao Jie).



commentaires ( 2 ) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Mots clefs : Pekin