Bienvenue sur Notre Chine !
Après Notre Corée et Notre Japon, nous
poursuivons notre découverte
de l'Asie de l'Est
avec une nouvelle expatriation en famille à Shanghai.

Delphine et Philippe





NOS AUTRES SITES

     
(Notre Corée et Notre Japon ne sont malheureusement pas accessibles depuis la Chine pour le moment)
Sell Art Online  



NOS LIVRES




MENU



DERNIERS ARTICLES




RUBRIQUES


VIDEOS SUR SHANGHAI


INFOS CHINE


BLOGS SUR LA CHINE



SITES ET BLOGS DES COPINES



MES ALBUMS



LES SITES WEB QUI PARLENT DE NOUS

expatriation
http://www.wikio.fr Fotolia


VISITEURS



Locations of visitors to this page


LES PROS DE LA FAMILLE
Frederic Berthet, photographe   Al Cantara


8/03/2011 - Revue de presse - Incroyable Chine -

Revue de presse - Incroyable Chine

Parfois, il est inutile de chercher à paraphraser certains articles qui éclairent si bien la vision de notre pays hôte, mieux vaut juste les citer. Le Nouvel Obs a sorti un numéro double daté du 23 décembre 2010 dont le dossier principal s’intitulait « Incroyable Chine – Voyage au pays où se joue l’avenir du monde ». Ne lésinons pas sur les qualificatifs, ça fait vendre du papier, coco ! Moi qui pensais que l’adjectif « incroyable » était accolé pour toujours à l’Inde avec leur fameux slogan « Incredible India ». Au fil des pages du dossier, on se rend compte que la Chine l’est aussi, incroyable. Quand on pense que les Chinois ont désormais passé plus de temps à vivre l’actuel « temps des réformes » initié par Deng Xiaoping en 1979 et donc à inventer ce fameux « socialisme avec des caractéristiques chinoises » depuis 32 ans, que de temps sous la barre du grand timonier Mao de 1949 à 1976… Ca mérite quelques extraits des articles du Nouvel Obs.

« Le monde vert sera-t-il chinois ? » de Natacha Tatu, illustré d’une sublime photo de cavaliers de Mongolie-Intérieure au milieu d’un champ d’éoliennes.

« Contrairement à l’Inde, la Chine a fait du développement de ses infrastructures et de son indépendance énergétique le levier de son développement. Un choix stratégique pour le régime : « Au-dessous de 8% de croissance, on considère qu’il y a des risques de troubles sociaux graves. La croissance est vitale pour le pays. Et l’énergie est vitale pour la croissance », résume un bon connaisseur du pays.

Les chiffres ? Vertigineux : depuis 2004, la Chine met chaque année en service 100 gigawatts : la totalité de la puissance installée en France ! On y construit une centrale à charbon de très grosse puissance par semaine, et… dix centrales nucléaires par an ! […] Même dans le nucléaire, où la France avait plusieurs longueurs d’avance, la Chine, désormais dotée d’une filière industrielle, rattrape son retard à toute vitesse. Ici, on expérimente en taille réelle. « Ils avancent en marchant, constate un expert de l’énergie qui résume ainsi la stratégie chinoise : ils copient, d’abord mal. Adaptent le produit pour le marché chinois. Maintiennent des prix bas. Améliorent la qualité. Et finissent par exporter ! ».

NDLR : tiens, ça me rappelle les Télécoms il y a quelques années, où nous avons été les premiers à prendre de face la concurrence chinoise des Huawei et ZTE. Bienvenue au club, amis de l’énergie, de l’automobile, des frigos, et bientôt de l’aéronautique !

« Dans la tête des petits empereurs » de Doan Bui.

« En apparence, elle n’a pas changé. Elle est toujours Jie, une jolie fille de 22 ans, queue de cheval sage, jean et baskets Nike. Pourtant, il y a ce je ne sais quoi… Cette assurance nouvelle. Jie est devenue membre du Parti. « Maintenant, les autres étudiants me regardent différemment. Ils me demandent conseil. Ils m’admirent. Bref, je suis plus cool ! » De New York à Shanghai, l’indice de « coolitude » est une loi universelle chez les moins de 25 ans. Sauf que, sur un campus chinois, ce sont les nerds plongés dans leurs bouquins de classe, et non les capitaines de foot et les pom-pom girls qui ont la cote. « Quand vous êtes en tête de classe, on vous respecte », confirme Jie. Etre membre du parti, c’est la voie royale. »

« Les habits neufs du marché de l’art » de Claude Weil.

« L’art fait désormais partie de la panoplie du Chinois qui a réussi. […] Acheter, acheter chinois de préférence, cela vous pose ; et cela flatte l’amour-propre national. Comme ces mineurs du Shanxi qui font exploser les enchères pour la fierté de battre des records. « Ils achètent le rêve de la Chine de demain », dit Cheng, qui a trouvé le truc infaillible pour séduire une clientèle de néophytes dont le goût n’est pas très assuré : afficher les prix sans complexes. Si c’est cher, c’est bien. On peut sourire. Mais les mœurs de nos aristocrates de la Renaissance ou des milliardaires texans du siècle dernier étaient-ils si différents ? Ce qui s’affirme là, dans la vérité nue du marché, c’est l’émergence d’une nouvelle classe dirigeante. »

Je ne sais pas si c’est ici que se joue l’avenir du monde, mais rien ne vaut d’y passer quelques années pour y croiser, à défaut de cavaliers dans un champ d’éoliennes, de jeunes ingénieurs ambitieux rivés à leurs iPad ou pour se balader dans la Biennale d’art contemporain de Shanghai bourrée à craquer d’amateurs et d’acheteurs.

Ajouter un commentaire
Mots clefs : Revue de presse